Lac de Gaube and the Pont d’Espagne

Hier, une très bonne amie anglaise (Leigh) vivant à Luz, m’a invité faire une petite balade au lac du Gaube, dans le secteur de Cauterets. (Yesterday a very good English friend living in Luz invited me for a little walk to the Lac de Gaube, in the Cauteret area.)

Au siècle dernier, les curistes cauterésiens ainsi que des poètes célèbres, tel Taine, Hugo et Baudelaire, se rendirent au lac de Gaube en chaise à porteurs où à dos du mulet. Aujourd’hui, faute de jeunes montagnards pour tenir la chaise à porteurs, on emprunt le sentier muletier qui s’élève 100 mètres en aval du Pont d’Espagne. (In the 19th century, aristocratic “curists” from Cauteret and famous poets such as Taine, Hugo and Baudelaire reached Lac de Gaube in carried chairs or on mules. Today, there being no young mountaineers wanting to carry us in chairs, we take the mule path starting 100m before the Pont d’Espagne.)

Pour ceux qui veulent garder l’esprit des visiteurs de jadis, il y a bien entendu aussi un télésiège… (For those who’d like to keep in the spirit of the 19th century visitors there is of course a chairlift…)

Sous un ciel toujours clément et souvent bleu, nous quittons le parking aménagé pour rendre l’accès au lac. Comme tant d’autres visiteurs (un million par an, selon l’office du tourisme) nous nous arrêtons quelques instants au Pont d’Espagne. Cette arche à travée unique ne marque pas la frontière, mais est construite sur une voie qui donne accès à l’Espagne. Après avoir arpenté un des ponts les plus fréquentés de la France et photographié la cascade, nous continuons notre marche vers le lac. (Under a clear blue sky we leave the Pont d’Espagne car park. Like so many other visitors – about 1 million per year according to the tourist office – we stop for a few moments at the Pont d’Espagne. The single span arch doesn’t mark the border but is built on a path that leads to Spain. After exploring one of the most visited bridges in France and photographing the waterfall, we continue our walk towards the lake.)

Au début, les premiers lacets du GR 10 qui nous amène au lac montent à pic, mais sitôt après, la pente devient douce. Le paysage est magnifique et nous voyons les paysages succèdent; rhododendrons, forets des hêtres qui couvrent les talus alternent avec des sapins et des torrents et chutes d’eau partout. Cet ancien sentier nous fait découvrir quelques uns des sensations dont profite le promeneur ; le contact directe avec la végétation, les alternances d’ombre et de lumière et le bouillonnement du gave de Gaube, jalonné de cascades. Quel délice, d’avoir le soleil sur son tête, des fleurs à ses pieds et des pics imposants et encore tachés de neige tout autour. (The first bends on the GR10 climb steeply but soon after the slope becomes easier. The scenery is magnificent and different views succeed each other: rhododendrons and beech forests alternating with pines, rivers and waterfalls everywhere. This ancient path leads us to discover all the sensations walkers enjoy; direct contact with the vegetation, the alternating shadows and sunlight through the trees and the bubbling of the Gaube River, split by cascades. What a pleasure to have the sun on one’s head, flowers at one’s feet and imposing peaks with snow still on them all around.)

Après à peine une heure de marche, le sentier débouche finalement sur notre destination. En arrivant, le regard s’incline vers le panorama magnifique qui nous attend ; sous un ciel d’azur, dépourvu des nuages, un lac de cristal dessine un ovale de bleu profond dans la creux creusé par l’ancien glacier. En face de nous, l’horizon est barré par le Vignemale qui dresse sa double pointe. (After just one hour’s walk the path comes out at our final destination. On arrival our eyes look up to the magnificent panorama around us; under a cloudless azure sky the lake is a blue crystal oval in the valley scraped out by the glacier. In front the horizon is barred by the Vignemale with its double summit.)

Après notre montée assez raide, nous nous restaurons à l’hôtellerie du lac où autrefois les montagnards passèrent la nuit avant de faire l’ascension du Vignemale. En 1900, il vous coûtera 5F pour une chambre et 5F pour un repas. Aujourd’hui, nous payons 8€ pour une assiette de frites, une salade et un coca. (After such a steep walk up we rest at the “Hotellerie du Lac” where mountaineers used to spend the night before setting out for the Vignemale summit. In 1900 it cost 5 francs for a room and 5 francs for dinner. Today we pay 8€ for a plate of chips, a salad and a Coke.)

Nous passons facilement quelques heures au bord du lac. Face à cette vue majestueux, on perd l’idée du temps. Nous écoutons le bruit des cascades et admirons mollement le panorama qui s’étend autour de nous. Mais bien trop tôt, il est le moment de partir et nous reprenons le sentier pour descendre à la voiture. (We pass an easy couple of hours on the side of the lake, losing all idea of the time as we listen to the cascading water and languidly admire the panorama around us. All too soon we have to leave and take the path leading back down to the car.)

Posted by Fran on her blog on Monday, June 29, 2009

Reprinted on Pyrenean Odysseys blog 7th April 2010.  Fran wrote in French and I’ve provided a translation in English.

Leave a reply